Merles, Grives, Rossignols, Rougegorges



Merle noir – Teyssonnière – 2015

Merle noir

L’un de nos meilleurs chanteurs, le merle se rencontre aussi bien en ville qu’en pleine campagne. Très souvent c’est son chant qui nous réveille aux aurores. Ses sonorités flûtées sont reconnaissables entre mille.


Merle noir en pleine forêt
Grive musicienne – Teyssonnière -2015

Grive musicienne

Comme son nom l’indique, elle fait également partie de nos grands musiciens. Son chant, fait de strophes répétées deux ou trois fois, résonnent dans les forêt dès le mois de février. Ici nous somme en montagne et c’est encore l’hiver.


Chant de grive musicienne de fin d’hiver
Grive draine – Vercors – 2017

Grive draine

Cousine de la musicienne c’est la plus grande des grives. Elle a un chant assez flûté, proche de celui du merle mais avec un phrasé plus trainant. C’est un peu la grive mélancolique de nos forêts.


Chant mélancolique de la grive draine

Rossignol – Rome – 2015

Rossignol

Faut-il encore présenter l’un de nos plus illustre chanteur. Le rossignol est un chanteur nocturne, l’un des rares à faire entendre son chant dans le silence de la nuit. Mais jamais fatigué de chanter, il se permet des sessions diurnes. Son chant est une succession de strophes dont il modifie l’ordre selon son inspiration du moment.


Rossignol au entre chien et loup
Rougegorge-Ouessant – 2017

Rougegorge

Le rougegorge possède un chant liquide, peu sonore et aux notes très subtiles. Ses phrases sont teintées de tristesses, de regrets. Il a pourtant un caractère bien trempé. Querelleur, il défend son territoire d’arrache-bec. Ici, il est perché au sommet d’un arbre et semble signaler sa position à autrui.


Cascade de notes du rougegorge